Analyse de l’eau potable en France

4 février 2021

La qualité de l’eau en France : quel cadre réglementaire pour quelles exigences ? Quand la potabilité de l’eau est passée au crible… pour la santé de tous.

En France, l’eau est l’un des produits de consommation courante les plus contrôlés. Elle doit subir une multitude de vérifications, afin de s’assurer qu’elle respecte de nombreuses normes de qualité sanitaire avant de pouvoir être considérée comme propre à une utilisation quotidienne.

La responsabilité de ces étapes de contrôles successives revient, à la fois, aux pouvoirs publics – qui fixent également les normes dans le cadre réglementaire – et aux opérateurs privés en charge du traitement de l’eau.

Pourquoi analyser la potabilité de l’eau ?

Eau. Santé. Deux noms à juxtaposer pour comprendre pourquoi on analyse si une eau est potable ou non !

A l’état naturel en France, il n’existe pratiquement plus d’eaux conformes aux exigences de consommation. Qu’elle soit d’origine souterraine – dans 62 % des cas, l’eau de robinet provient de sources souterraines, alimentées par le ruissellement des eaux de pluie – ou qu’il s’agisse d’eaux de surface – collectées dans les fleuves, rivières ou lacs, ce qui représente 38 % de notre consommation1 – la ressource est aujourd’hui largement polluée.

Les recherches menées au cours des dernières années montrent que les pesticides, principalement utilisés dans l’agriculture, sont les premiers responsables de cette contamination : en 2017, ces substances dépassaient la norme autorisée pour la consommation courante dans plus de la moitié des rivières françaises et dans un tiers des nappes phréatiques2. Tester la qualité de l’eau est donc une nécessité.

Comment mesure-t-on la qualité de l’eau ?

Pour analyser une eau potable, deux paramètres servant de référence à la mesure de la qualité de l’eau sont pris en compte :

  • La santé et l’hygiène d’une part,
  • le confort et le plaisir de l’autre.

Chacune de ces dimensions est soumise à une réglementation stricte, élaborée par le Ministère en charge de la Santé, à partir d’une directive européenne. Cette réglementation figure au Code de la santé publique. Elle a pour objectif d’assurer la qualité de la ressource depuis sa collecte jusqu’à l’habitation et se fonde sur les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé.

Sur la base de ces recommandations sont établies les doses maximales admissibles qui représentent la quantité d’une substance qu’une personne peut absorber quotidiennement et sans danger pendant sa vie. Plus de 1 000 paramètres microbiologiques, chimiques ou relatifs au goût, à l’odeur ou à l’aspect de l’eau sont pris en comptes et 54 critères de qualité sanitaire et environnementale sont évalués3 afin de permettre une consommation individuelle estimée à 2 litres par jour.

Qui analyse l’eau potable ?

Tester la qualité de l’eau oui, mais qui le fait ?
Sous l’autorité de l’Etat, plusieurs acteurs jouent un rôle majeur dans le traitement de l’eau en France et donc, dans la qualité de l’eau du robinet.

  • Les Agences Régionales de Santé sont chargées d’effectuer les analyses de qualité de l’eau : plus de 12 millions de ces analyses sont conduites chaque année.
  • Le Comité National de l’Eau (CNE), placé sous la tutelle du Ministère de l’Environnement, est consulté sur les grands projets d’aménagement et de répartition des eaux. Il évalue aussi la qualité et le prix des services publics de l’eau et de l’assainissement.
  • L’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques (ONEMA), également dépendant du Ministère de l’Environnement, assure la surveillance des milieux aquatiques et contrôle les usages.
  • Les Agences de l’Eau (six en Métropole et cinq en Outremer) subventionnent les collectivités et acteurs économiques et agricoles, afin qu’ils mettent en place les actions nécessaires à la production d’eau d’une qualité propre à la consommation, de dépollution de la ressource et d’entretien, et de restauration des milieux aquatiques.  Elles sont financées par les redevances que l’agence de l’eau collecte auprès des usagers de l’eau, selon le principe pollueur-payeur.
  • A l’échelle locale, la compétence eau et assainissement a été transférée, en 2020, aux communautés de communes et d’agglomération ou aux métropoles et communautés urbaines.
  • Les opérateurs privés, industriels et agriculteurs notamment, sont responsables de leurs installations de prélèvement et de dépollution.
  • Enfin, les associations d’usagers, de consommateurs ou de protection de l’environnement ainsi que des fédérations professionnelles sont associées aux décisions au sein des Comités de bassins – la France métropolitaine est divisée en 12 bassins hydrographiques –, des Commissions Locales de l’Eau (CLE) et des Comités de rivières.

Pour finir, 87 % des Français se déclarent aujourd’hui satisfaits de la qualité de l’eau qu’ils consomment.3

Comment avoir accès aux informations sur la qualité de l’eau ?

Vous cherchez des informations sur l’analyse de l’eau potable dans votre région ? Il est facile, pour toute personne qui réside en France, de s’informer sur les analyses de l’eau potable et sur la qualité de l’eau dans sa commune. Les données, très régulièrement mises à jour, sont en effet accessibles sur le site du Ministère de la Santé :
https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/eaux/eau
ainsi que sur le site www.service-public.fr :
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/R11461.

1 https://www.cieau.com/leau-et-votre-sante/qualite-de-leau/
2 https://www.lemonde.fr/pollution/article/2017/10/17/la-qualite-de-l-eau-se-degrade-encore-en-france_5201907_1652666.html
3 https://www.toutsurmoneau.fr/fiche/3142/qui-controle-la-qualite-de-l-eau

Avez-vous besoins d'informations supplémentaires ?

Veuillez remplir simplement le formulaire ci-dessous, nous reviendrons vers vous dans les meilleurs délais

Articles similaires :